Wallace Forster, missionaire, ex-boxeur.

Voici un background, une petite tranche de vie de personnage, initialement utilisé pour un personnage de Cthulhu :

« Wallace ! T’aurais dû t’mettre à la danse, pas à la boxe ! »

C’était toujours ce que me répétait Ben, mon entraîneur. Il trouvait que j’tapais pas assez fort. C’est vrai que je ne tapais pas fort. Mais je tapais vite et j’avais un jeu de jambe de danseur. Lors d’un combat clandestin, j’suis tombé sur un teigneux. Des bras comme mes cuisses. Pas d’jeu de jambe, pas d’classe, mais une gauche comme une locomotive. Mon nez y est passé. Quand j’y repense, qu’est-ce qu’il m’a mis l’Rodrigo Goncalvez…

Alors j’ai jeté l’éponge. De toute façon, je n’avais pas le choix. Les combat, même clandestins, ça nourrit pas son homme. Et je ne tapais pas assez fort. Ou alors seulement en colère. Mais la colère, ça dure pas toujours, comprenez ? On s’assagit avec l’âge. De gré ou de force. Là, ce fut de force. Je ne risquais pas de filer à l’hôpital et encore moins de consulter un toubib. Martin, l’aumônier de Broke Street, m’emmena à la confrérie. Soigné, logé, nourri, blanchi. C’était pas le quatre étoile, c’était mieux : un Foyer. C’était presque irréel de voir ces gars-là prendre soin de nous. Ça m’a donné un autre regard sur la religion. Il faut dire qu’en plus,  j’enfilais les « Notre Père » comme des perles. La peur de perdre mon œil et l’ambiance générale donnaient une profondeur étonnantes à mes prières. Je me vidais de ma « colère », en quelque sorte.

Alors quand j’ai commencé à retrouver des couleurs, Martin m’a proposé de faire l’éducateur. Je m’occupais de redonner un peu de tonus à des gamins un peu oubliés. Et puis je séparais les clodos ronds comme des queues de pelle de temps à autres. J’accompagnais Martin chez les officiels. Ceux avec qui il faut montrer pâte blanche, pleurnicher pour le bout de gras…  Je servais un peu de témoignage de la réussite possible : « Regardez, l’influence et le travail de notre communauté avec des gens comme Wallace. C’était un boxeur, un dur. Aujourd’hui il a arrêté les combats clandestins. Il a reprit ses études et nous aide tous les jours à la communauté pour rembourser son hébergement. »

Jusqu’au jour ou je me suis pris au jeu. Alors j’ai fini par passer de l’autre côté. J’ai intégré la grande famille… ma mère a dû arrêter de pleurer si elle m’a aperçue de là-haut. Après mon diplôme et mon séminaire, continué à aider Martin. J’allais négocier l’bout gras auprès des officiels. Ça marchait pas trop mal. Malheureusement, ça n’a pas duré et la Maison-Mère m’a fait missionnaire. Un an plus tard, on m’envoyais dans un bled paumé sur la côte, pas loin de la frontière mexicaine. Ça m’a fait mal au cœur de quitter Martin et tous les gens de Broke Street. C’était la première fois que j’allais aussi loin et… que je quittais ma famille.

J’ai passé trois ans à Tres Puntas. On était quatre missionnaires. On arrivait à s’occuper de tout ce petit monde. Là-bas, c’était moi qui discutais l’bout d’gras et qui montrais une pâte divinement blanche… J’me défendais pas trop mal, mais c’est un coin difficile. Je dis « c’est » parce que ça l’est toujours. Surtout pour les gamins. J’ai fini par faire des recrutements sur les docks, dans les rues… et j’ai monté un petit ring pour leur apprendre. On ne se refait pas… Et pis ça les canalise, les petites canailles ! En tout cas, y’en a qui sont doués. Comme le petit Goncalvez. Un bon gars mais, sur le ring, il a un de ces regard… et une gauche ! un bon gros coup de batte bien  nerveux. Alors j’lui ai fais travailler les jambes. C’est vrai qu’il faut des jambes pour avoir de la classe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s